Catégorie : Actualités

RDC : 30 JUIN 2019, FETE NATIONALE

Les congolaises et les congolais de France à travers l’Association des Travailleurs du Congo-Kinshasa en France, en abrégée ATCK-France, ont célébré à Ivry sur Seine dans la Val de Marne proche de Paris, la journée du 30 juin 1960, après 59 ans d’existence. Cette date est historique pour le peuple de la RDC. Elle marque la fin de l’occupation directe du colonisateur belge après une lutte menée par nos aînés pour la liberté : KIMPWANZA, UHURU, DIPANDA égale INDÉPENDANCE.

Cette journée a débuté dès 15h30’ par l’hymne national « Debout Congolais »  avec comme modérateur M. NZUNGA MBADI, journaliste et membre du Conseil d’Administration de l’ATCK-France.

Ensuite, le Président de l’ATCK-France, M. Andy MAVAMBU  YAKINI a pris la parole pour demander au public d’observer une minute de silence en mémoire de nos illustres martyrs pour l’indépendance. Puis, il a souligné que cette indépendance acquise le 30 juin 1960 a été vidée de son contenu par le colonisateur avec la complicité d’autres congolais naïfs. Et, cette lutte doit être poursuivie tant sur le plan politique qu’économique.

Après ce mot de bienvenue du Président, le chanteur WUTA-MAYI, nous a interprété, extrait de son dernier album auto produit  « Face cachée »,  la chanson « Présence na nga » en  mémoire de son auteur Simaro LUTUMBA, le poète et guitariste congolais qui nous a quitté au mois de mars dernier. Alors c’était une grande ovation dans la salle.

Cette prestation ovationnée par la salle a été suivie de la projection de deux films de Serge Diantantu « Congo lobi-Congo lelo » et « Debout Congolais » en présence du réalisateur. Le premier revient sur les événements qui se sont produits le 05 septembre 1960, lorsque M. Joseph KASA-VUBU, alors Président du Congo avait révoqué M. Patrice Emery LUMUMBA Premier ministre. C’était là, sans doute, le point marquant le début sur le terrain du néocolonialisme au Congo.

Serge DIANTANTU a fait un exposé sur le thème : « La lutte politique et prophétique de Simon KIMBANGU pour la liberté du peuple noir et congolais en particulier sous le joug du colonialisme ».

Le deuxième intervenant fut M. Guillaume MAKIDI, le Chargé de Communication de l’ATCK-France, qui a esquissé le parcours politique de M. Joseph KASA-VUBU dans sa lutte pour l’indépendance du Congo. Les deux intervenants ont établi de façon claire le lien étroit entre KIMBANGU et KASA-VUBU en ce qui concerne leur lutte pour acquérir la liberté du peuple congolais d’une part et, la contradiction du pouvoir colonial basé sur les valeurs de la chrétienté face au  mépris et la soumission imposée par ce même pouvoir à l’égard du peuple congolais d’autre part. Cette analyse croisée de nos deux conférenciers a été suivie avec beaucoup d’attention par les participants à cette initiative.

Soulignons par ailleurs que,  les participants à cette rencontre ont apporté aussi, a apporté leurs contributions constructives dans le thème choisi par les organisateurs. Avant de clore la journée, nous avions eu droit à une deuxième prestation artistique et volontaire.  Cette fois-ci,  WUTA-MAYI était avec Dino VANGU. Ces deux artistes congolais de renom issus des formations musicales différentes comme l’étaient leurs aînés en 1960 à Bruxelles en marges de la conférence de la « Table ronde ». Wuta Mayi et Dino Vangu ont interprété ensemble de nombreuses chansons de l’époque sans oublier,  bien entendu, la chanson « Indépendance Cha Cha » de Joseph KABASELE dit Grand Kallé Jeff  du  30 juin 1960. Ce duo improvisé pour l’événement, avec une guitare acoustique, a été vivement apprécié par les personnes présentes dans la salle à Ivry-sur-Seine. Les mélomanes qui l’ont découvert par les réseaux sociaux ont été aussi ravis. 

Dino Vangu et Wuta Mayi

 


Cette journée du 30 juin 2019 organisée par l’ATCK-France s’est poursuivie de manière informelle, comme d’habitude, autour d’un cocktail aux alentours de 19 heures.

Il est aussi à signaler que dans la salle, les écrivains et artistes congolais qui participaient à cette journée spéciale, ont exposé leurs œuvres dans un espace prévu à cet effet.  Chacun d’entre-nous pouvait se procurer d’un choix diversifié de leurs livres ou CD  voire les revues trimestrielles de l’ATCK-France « NGONGA EBETI ». Nous pouvons retrouver une partie de ses œuvres dans la page « Le carnet du travailleur » du présent site.

Par Caroline KANKU KALALA

Serge Diantantu:  « Lutte politique de Simon Kimbangu »

Guillaume Makidi:  « Joseph Kasa-Vubu: l’homme et son combat pour l’indépendance du Congo »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

MOT DE BIENVENUE DU PRESIDENT DE L’ ATCK-France Andy MAVAMBU YAKINI

 La date du 30 juin 1960 demeure pour l’ATCK-France une journée historique pour notre pays la RD Congo. Cette date ne peut rester sous silence quelles que soient les circonstances ou événements. Cette journée a une signification importante pour les filles et fils du Congo. A cette date,  les congolais  ont voulu prendre toutes les commandes en mains de leur pays après une occupation coloniale belge près de 80 ans. Malheureusement, cette indépendance que nous célébrions aujourd’hui, a été détournée de son sens et vidée de son contenu. C’est ainsi que la lutte menée par nos aînés KIMPA-VITA, Simon KIMBANGU, Paul PANDA FARANANA,  Joseph KASA-VUBU, Patrice LUMUMBA, Pierre MULELE et tant d’autres, mérite une grande considération.  Nous devons poursuivre cette lutte pour la liberté  de notre pays tant sur le domaine politique qu’économique.

Le travail de la conscience patriotique constitue le fer de lance de l’Association des Travailleurs du Congo-Kinshasa en France. C’est pourquoi, notre association commémore chaque année les dates du 4 janvier 1959 et 30 juin 1960 pour permettre à nos concitoyens jeunes de s’approprier de leur histoire pour mieux bâtir l’avenir.

Aujourd’hui,  notre pays va mal 59 ans après son accession à la souveraineté nationale et internationale. Nous ne pouvons pas rester les bras croisés. C’est impossible ! Chacun de nous doit être actif  individuellement par des écrits ou par le biais des organisations syndicales ou politiques pour redresser nos fronts longtemps courbés afin que le Congo puisse recouvrer sa dignité et sa prospérité.

En cette journée du 30 juin 2019, en ma qualité du Président de l’ATCK-France, je vous remercie de rehausser par  présence  la  manifestation que notre Association organise. Nous vous demandons de participer activement par vos réflexions qui seront consignées dans un document en vue d’une publication auprès de tous nos compatriotes de l’intérieur comme ceux de l’étranger.

Vive la lutte sociale du peuple congolais

Vive la République Démocratique du Congo.

Je vous remercie.

Andy Mavambu Yakini

Président de l’ATCK-France

Hommage à Joseph KASA-VUBU, Père de l’indépendance de la R.D.Congo NE EN 1917- MORT LE 24 Mars 1969

Ignorance ou oubli volontaire?

Un peuple sans histoire est un peuple perdu et sans mémoire collective. Comment la République Démocratique du Congo (RDC)peut-elle ignorer ou oublier d’honorer notre premier Président de la République, père de notre indépendance, alors que l’actualité que nous vivons en ce moment devrait nous y amener.

Le Président Joseph KASA-VUBU doit être honoré et occuper une place dans l’histoire de notre pays, au même titre que tous nos illustres personnages: KIMPA-VITA, connue aussi sous le nom de  NDONA BEATRICE, KIMBANGU, LUMUMBA, etc…

Les représentants les plus éminents de notre peuple qui ont marqué  une époque, doivent faire revivre devant nous leurs apports, exploits et accomplissements.

C’est pourquoi nous tenons à envoyer et souligner la vie de KASA-VUBU, brièvement ici, à l’occasion du 50e anniversaire de sa mort, au vu de l’indifférence générale des autorités.

KASA-VUBU Joseph, Président du RD CONGO de 1960 à 1965.

Dans l’histoire que nous vivons de notre pays, KASA-VUBU est le seul Président qui a été élu démocratiquement par le parlement à l’accession du Congo-Kinshasa à l’indépendance.

Cette élection avait été le couronnement de son combat mené pour aboutir à l’indépendance aux côtés de tous les autres leaders éminents de son époque: LUMUMBA, KALONJI, NGALULA, GISENGA, KAMITATU, TSHOMBE, BOLIKANGO, NGUVULU etc.

KASA-VUBU est le premier qui a « sonné le tam-tam de l’indépendance dans la nuit du colonialisme de l’Empire du silence qu’était le Congo”, disait le Cardinal MALULA. Depuis son premier acte: le discours sur le droit du premier occupant prononcé en 1946. La vie de Joseph KASA-VUBU était celle d’un combattant pour l’indépendance.

L’ABAKO, au départ, Association culturelle des BAKONGO servira de fer de lance pour lui, car aussitôt élu président de l’ABAKO qui devenait Alliance des BAKONGO. Il donna une orientation purement politique pour réclamer l’indépendance du Congo.

Dès lors que le problème de l’Indépendance et la Liberté est posé, tous les mouvements associatifs, syndicaux, culturels se muent en partis politiques pour réclamer la liberté.

L’indépendance acquise le 30 Juin 1960 ouvre la voie de la gouvernance du  pays par les Congolais eux-mêmes. La manière dont le pays devrait être gouverné, avec des structures administratives efficaces pour une meilleure gestion du pays  était au centre du nouveau pouvoir.

On a opposé faussement les unitaristes aux fédéralistes.

Comment KASA-VUBU voyait-il l’organisation administrative du pays?

Pour KASA-VUBU, être nationaliste c’est, au-delà de l’affirmation de l’unité nationale à laquelle tout le monde s’attachait. C’est manifester la volonté de proposer des stratégies intelligentes susceptibles de rendre effective cette unité. Et KASA-VUBU a proposé une stratégie de gestion qui demeure indépassable pour le Congo qui aspire au progrès et à l’unité: la stratégie fédéraliste. Pour KASA-VUBU, c’est le chemin de la vraie démocratie, au plus près des différentes  régions et des ethnies pour aboutir au progrès et au meilleur contrôle du pouvoir par le peuple. Il fallait donc doter le pays d’une constitution qui tienne compte de la volonté du peuple dans sa diversité. KASA-VUBU conférait aussi à l’unité une dimension spirituelle pour forger la conscience nationale dans les esprits et les cœurs.

KASA-VUBU concevait le mandat public comme un sacerdoce. Le politique doit servir le pays, le peuple et non ses propres intérêts. Le respect des engagements pris reflétait sa personnalité. Ces objectifs étaient pour lui, au-dessus de toute autre considération. Sa formation et ses études au séminaire ont fait de lui un modèle d’honnêteté avec un  sens aigu du devoir pour l’État .

Son mandat à la tête du pays a été cependant marqué par deux décisions majeures qui ont changé le cours de notre histoire:

  • La révocation de Patrice LUMUMBA, Premier ministre qui disposait pourtant, de la majorité au parlement. Cette mesure a favorisé le premier coup d’État de MOBUTU, en septembre 1960, avec comme conséquence la naissance de différentes rébellions.
  • La révocation du Premier ministre Moïse TSHOMBE et la nomination d’ Évariste KIMBA à sa place, alors que ce dernier ne pouvait disposer d’aucune majorité pour gouverner. Ce qui a été un bon prétexte à MOBUTU alors Lieutenant Général et Commandant en chef de l’Armée Nationale Congolaise pour réaliser son deuxième coup d’État, en neutralisant toutes les institutions du pays.

A la lumière de ce bref aperçu et analyse de la vie de notre premier Président Joseph KASA-VUBU, nous devons, nous Congolais, tirer les leçons du passé: exiger de nos dirigeants politiques une meilleure gouvernance et une gestion saine  mais aussi, savoir honorer la mémoire des illustres personnages qui ont marqué l’histoire de notre pays.

Guillaume MAKIDI

Secrétaire Chargé de la Communication de l’ATCK-France.

 

HOMMAGE A JEAN-BAPTISTE MULEMBA

MOT DE BIENVENUE DU PRESIDENT

Cher(e)s invité(e)s, cher(e)s ami(e)s et cher(e)s Camarades

Qu’il me soit permis, en ma qualité de Président de l’Association des Travailleurs du Congo-Kinshasa en France, en abrégé ATCK-France de vous souhaiter la bienvenue et vous remercie d’avoir répondu à notre invitation ce samedi 16 mars 2019 dans la salle de l’Union Locale CGT d’Ivry sur Seine dans la Région parisienne.

En effet, la date du 16 mars 2018 reste et restera gravée dans nos mémoires. C’est à cette date que notre grand militant, Camarade de lutte Jean –Baptiste MULEMBA dit Man Ellijah, Vieux Man en guise de respect en tant que cadet, nous a quitté avec beaucoup de tristesses et pleursde notre part parce que nous savions ce qu’il valait ; rien que par sa présence parmi nous, ses enseignements politiques et syndicaux n’ont cessé de nous édifier surtout dans la lutte pour la libération de notre pays la RD Congo du joug néocolonial. Ce combat sublime, nous devons le poursuivre sans relâche jusqu’à la victoire finale pour bien honorer la mémoire de Jean-Baptiste MULEMBA. Aux grands patriotes tombées sur le champ de bataille, la nation leur doit reconnaissance. Ainsi les vrais progressistes aux commandes de notre pays débaptiseront une rue, une avenue ou une place au nom de Jean-Baptiste MULEMBA car il le mérite. Le 16 mars 2019, nous rendons un vibrant hommage à Man Ellijah, un an, jour pour jour, après sa disparition. C’est un moment de rappel à sa mémoire. C’est ainsi que chacune ou chacun fera son témoignage sur ce que Vieux Man l’a légué. De mon côté, j’ai apprécié et accepté avec enthousiasme l’idée de mon camarade José NZOLANI qui consiste à éditer un livre de Jean-Baptiste MULEMBA, comme auteur, en rassemblant tous ses écrits suivis de nos commentaires éventuels. Il est vrai que notre Camarade a beaucoup écrit tout au long de sa vie, de son combat ici sur cette terre. Et cela  doit se faire avec l’accord et l’appui de sa famille bien entendu. Car, nous pensons que ces écrits ne doivent pas rester lettre-morte dans les tiroirs de différents bureaux. Voilà chers invités, chers amis et Camarades, quelques réflexions que j’ai tenues à vous présenter pour ouvrir cette journée de commémoration du Camarade Man Ellijah ce samedi 16 mars 2019. Je vous remercie de votre attention.

MAVAMBU YAKINI Andy

Président de l’ATCK-France

LES CONGOLAIS ONT RENDU UN VIBRANT HOMMAGE A JEAN-BAPTISTE MULEMBA

Le samedi 16 mars 2019 à 16 heures, dans le local de l’Union locale CGT d’Ivry sur Seine dans la région parisienne,  sur invitation de l’Association des Travailleurs du Congo-Kinshasa en France « ATCK-France », des congolais, sénégalais, maliens centrafricains sans oublier les membres de la famille du Camarade Jean-Baptiste MULEMBA MAKUBI dit Man Ellijah sont venus nombreux pour lui rendre un vibrant hommage exactement un an, après sa disparition.La séance a débuté par l’hymne national « Débout Congolais » chanté par des compatriotes congolais. Ensuite, le Président de l’ATCK-France le Camarade Andy MAVAMBU YAKINI a demandé à l’assistance d’observer une minute de silence à la mémoire du Camarade disparu. Puis, le Président a repris la parole pour remercier la famille de Jean-Baptiste MULEMBA, les amis, les invités et les camarades africains de lutte. Signalons, par ailleurs dans la salle, la présence du Président de la Fédération des Travailleurs d’Afrique, en sigle FETAF, le Camarade Tidiane GUEYE, le Camarade Cissé du Mali grandi au Congo-Kinshasa et le Camarade François PASSEMA du Comité d’Action pour la Conquête de la Démocratie en Centrafrique « CACDCA ». Le Journaliste Modérateur Jean NZUNGA MBADI a annoncé la projection du film cinématographique monté par l’ATCK-France traçant l’itinéraire politique et de vie de notre Camarade Man Ellijah. On retient dans ce film trois points saillants du grand militant. D’abord, il fait une corrélation de lutte politique menée par Patrice Emery LUMUMBA Premier Ministre du Congo à l’indépendance en 1960 et la mission prophétique de Papa Simon KIMBANGU en 1921. En second lieu, il disait que les congolais doivent identifier correctement leurs ennemis dans la lutte de libération de notre pays sinon ils tombent facilement dans des considérations tribales fratricides. Et enfin, il a parlé de la tolérance si on veut bâtir un Etat démocratique au Congo. Après la séance cinématographique, le Modérateur a donné la parole aux invités, amis et Camarades de faire leur témoignage par rapport au vécu de Man Ellijah. Il y a eu de l’émotion, des acclamations selon les cas compte tenu du travail effectué par le disparu.  Par ailleurs, un kiosque a été mis en place où diverses publications ont été mises en vente. On note « NGONGA EBETI » journal trimestriel dans lequel Man Ellijah était le premier Directeur de publication et avait écrit beaucoup d’articles dans cejournal. Il y a eu aussi des livres tels que « L’épopée des Maquisards » de M. José NZOLANI, « Nutrition et Alimentation au Congo-Kinshasa » de M. MAVAMBU  YAKINI, « Le Souffle de mes Ancêtres » de M. Jean MBOKOKO etc… Vers 18 heures, le Modérateur a convié les amis, les camarades et tous les invités à un cocktail qui a marqué la clôture de la commémoration du Camarade Jean-Baptiste MULEMBA MAKUBI.

Par Caroline KANKU  KALALA